Gonzalo Rubalcaba’s “Live Faith”

by

Faith LIVE iTunes FINAL3-2720450

L’artiste, l’instrument, le temps, l’espace, la foi, les muses, une audience sereine en attente, assoiffée, consciente et reconnaissante du génie incontestable dont elle s’apprête à être témoin. Tel est le cadre sacré de “Faith Live”, la dernière offrande de Gonzalo Rubalcaba, monstre sacré du piano dont la renommée n’est plus en question depuis des décennies déjà.
Une conversation entre l’homme et l’instrument, l’artiste et la muse, profondément ancrée dans le puits du génie incomparable et la musicalité sans limite, defiant le temps, remplissant l’espace, tout en laissant l’audience dans un envoutement profond, transportée aux cieux, aux portails de l’admiration, immergée dans l’émerveillement, laissée seule comme témoin et participante à l’échange.
“Faith Live” présente sans aucun doute la preuve incontestable de la profonde maturation qu’ont subit ces compositions durant leur pèlerinage avec M. Rubalcaba. Un voyage dans lequel s’embarquent, main dans la main, une technique parfaite et une harmonie osée, une sensibilité incomparable dont témoigne “Improvisation” par exemple, basée sur “Giant Steps” de John Coltrane. Un véritable tour de force, à l’état pure, vrai, sans retouches, simplement de la muse à l’artiste, de l’artiste au piano, du piano à l’audience, démontré par “Con Alma” de Dizzy Gillespie, ou encore par “Blue In Green” de Bill Evans.
Avec “El Cadete Contitucional” de Jacobo Rubalcaba, et “Préludions Corto No. 2 (Tu Amor Era Falso)” d’ Alejandro García Caturla, Gonzalo Rubalcaba, toujours fidèle à lui même, réitère sa foi profonde en sa culture Afro-Cubaine avec des interprétations soumises à son intellecte qui semble constamment défier les limites de l’inconcevable.
Rubalcaba, enfin, dans son pèlerinage introspectif, s’ouvre à lui même en offrant “Yolanda”, “Joao”, “Joan”, des compositions empreintes de significations profondément personnelles, ancrées dans son âme, démonstration de sa foi et reconnaissance aux siens, hommage à ceux qui l’aiment et qu’il aime.

L’audience est finalement défiée avec “Imagine”. Défiée de solennellement imaginer l’inimaginable. Défiée de réaffirmer sa propre foi, là, présente, foi en la beauté de ce moment artistique, foi en l’existence du génie à l’etat pure, foi en une vérité impossible à réfuter.

“Faith Live” s’avère être un point incontournable pour l’homme avide d’inspiration et de beauté.

Avec “Faith Live” Gonzalo Rubalcaba, sans aucun doute, encore une fois, certifie et assure sa place incontestable au Panthéon du Jazz pour l’éternité, car il reste encore aujourd’hui le plus grand pianiste notre époque.

Frederic Lamour

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.